Seneweb.com Accueil |   Gerer ce blog   

Ethique judiciaire: Ousmane Ngom, la police et mort par ecrasement de l'etudiant Mamadou Diop

Posté par: Cheikh Dia| Lundi 30 janvier, 2012 21:23  | Consulté 866 fois  |  0 Réactions  |   

 Mamadou Diop est mort aujourd'hui, ecrase par le char des eaux chaudes de la police senegalaise lors des evenements de ce 31 Janvier sans oublier les deux autres personnes qui sont decedees a Podor et aussi la mort du policier Fode Ndiaye. Et tout ceci suite a la decision du conseil constitutionnel de valider la candidature illegale de Me Wade. Combien d'autres senegalais vont mourir durant les prochaines confrontations entre citoyens defendant leurs droits et les policiers et gendarmes charges de “preserver ou retablir l'ordre publique.”   Mamadou Diop, les deux podorois et le policier Fode Ndiaye sont morts parceque nos policiers agissentt selon leurs instincts and selon les intructions de leurs superieurs de “garantir la paix” en tirant calmement sur des d'honnetes citoyens desarmes des grenades lacrymogenes, des canons d'eaux chaudes, des balles reelles, en matraquant d'honnetes citoyens, en matant des opposants et meme maintenant en les ecrasant alors qu'ils exercaient le droit le plus elementaire dans une democratie, le droit a la manifestation.

Le veritable probleme pour les collegues et superieurs hierarchiques de Fode Ndiaye et ses collegues policiers, surtout le ministre de l'interieur, Ousmane Ngom ce Heinrich Muller tropical, du nom de l'ancien chef de la Gestapo, n'est pas l'acte lui meme- car ils l'ont institue et renforce depuis l'aternance et c'est pourquoi ils ont donne a ces jeunes auxiliaires de police les cles de l'arsenal pour s'armer, apres tout- mais le fait qu'il y ait eu mort d'hommes et les cameras etaient presents pour tout enregistrer pour la posterite et peut-etre meme la Cour Penale Internationale. Et quel spectacle affligeant plein d'hypocrisie ils se sont offerts aux devant des cameras lors de la levee du corps du jeune Fode Ndiaye.  

Il me semble que le regime du president Abdoulaye Wade et la police d'etat dirigee par Ousmane Ngom oublie que le pouvoir de dissuasion de notre police contre les troubles de l'ordre publique reside dans l'imminence de la violence et le plus alarmant dans tout ceci est que nos institutions viennent a representer le contraire absolu de ce qu'ils devraient representer. La police ne nous sert plus et ne nous protege plus; elle nous mate, elle nous tue. La politique senegalaise ne gere plus la cite, elle la brule. Le gouvernment n'est plus un moyen d'aider le peuple, mais un moyen de le dompter et de le punir. Donc le gouffre s'agrandit entre qui nous sommes et qui nous clamons etre, entre ce que nous faisons et ce que nous croyons que nous sommes entrain de faire. Notons donc cette ligne rouge de mauvaise foi et de logique fallacieuse, de l'absence d'ethique et d'immoralite. Nous allons encore mesurer cette distance les jours et semaines a venir avant, durant et apres les elections si Me Wade ne fait pas preuve de sagesse et qu'il se retire au nom de l'interet superieur de la nation senegalaise toute entiere.

Avec la decision du conseil constitutionnel, les arrestations tout azimut et arbitraires de la DIC, la brutalite des policiers et gendarmes, les decisions judiciaires des juges et magistrats et les actes poses par les procureurs et autres arrets des ministres de la justice et de l'interieur qu'on peut qualifier d'illegaux, de partiaux et de politiques, il me semble pertinent de dire qu'apres les elections de 2012, quel que soit le regime qui sera en place, un audit detaille de la justice senegalaise est devenu plus que necessaire. En effet, il est grand temps qu'on commence a obliger ce qui nous jugent, qui prennent des decisions au nom du peuple de rendre compte aux senegalais, d'etre juger a leur tour et condamner si apres revisions de leurs decisions il s'averait qu'ils n'ont pas dit le droit tel qu'il a ete ecrit dans les textes mails plutot qu'ils ont rendu des decisions politico-personelles ou qu'ils ont ete corrompus.

Mais quel est le jugement adapte et approprie pour tous ces hommes qui composent ces institutions sachant que justice n'est pas seulement punition. Justice veut dire retour de l'univers a l'equilibrium. La justice c'est l'equite, la balance. Elle ne rime pas avec la revenge. La justice, la vraie, elle, est hors de notre portee en tant qu'etres humains donc c'est pas a nous de la rendre.

 Bienvenue dans un Senegal sans consequence.

Bienvenue dans un Senegal ou les causes et effets sont suspendus et ou les lois de la physique ne sont plus applicables.

 Bienvenue dans un Senegal ou la difference entre la vie et la mort est de l'epaisseur d'une feuille, la feuille ou la constitution senegalaise bafouee est ecrite.

 Sans le faire expres, evidemment, Cheikh Tidiane Diakhate, Ousmane Ngom et leur boss Me Wade nous apprennent qu'etre un grand homme d'etat est difficile.  L'apparence d'etre un grand homme d'etat, quant a lui, est a notre portee a tous, il suffit du titre de magistrat et president de la republique ou de conseil ou de ministre, de signer des arretes illegaux a tour de bras et d'utiliser les forces republicaines comme une police d'etat. Je dirai meme plus que l'Empereur Wade, depuis fort longtemps n'est plus preoccupe que par sa propre posterite et par sa progeniture male, pour une devolution monarchique. Et comme les pharaons, monarques et autres dictateurs, il continue a poser des actes allant dans ce sens comme se presenter a un troisieme mandat illegal et inconstitutionnel. Que le president Wade manipule la constitution et le conseil constitutionnel pour arriver a son dessein et tout ceci a la gloire de son narcissisme megalomaniaque pour n'etre jamais oublie est tout simplement comique. Qu'il veuille reussir son coup en tuant des senegalais est tout bonnement tragique.

Que le president Abdoulaye Wade medite ces paroles de Pericles que je me suis permis de paraphraser  " Quand un homme atteint la vieillesse, le dernier plaisir, quand on est marque par le poids de l'age, n'est pas de conserver le pouvoir, mais de gagner l'estime et le respect de ses concitoyens."  Les senegalais ne vous estime plus, il ne vous respecte plus et l'exigence dernier de votre honneur est de vous retirer.  

 L'auteur  Cheikh Dia
Une faute d'orthographe, une erreur á signaler ? Une précision á apporter ? Ecrivez moi avec votre info ou votre correction et en indiquant l'url du texte.
Mots Clés:
Commentaires: (0)

Ajouter un commentaire

 
 
Cheikh Dia
Blog crée le 22/12/2011 Visité 190732 fois 48 Articles 2753 Commentaires 11 Abonnés

Posts recents
Commentaires recents
Les plus populaires