Kenya : l’opposant Raila Odinga rejette les résultats provisoires des élections

  • Source: : Webnews | Le 09 août, 2017 à 10:08:55 | Lu 865 fois | 1 Commentaires
content_image

Dans un bureau de vote à Nairobi au Kenya, le 7 août 2017.

La coalition du candidat de l'opposition à l'élection présidentielle kényane, Raila Odinga, a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi qu'elle rejetait les résultats provisoires du scrutin, les qualifiant de "fictifs". Diffusés depuis mardi soir par la commission électorale, ceux-ci donnent une large avance au chef de l'État sortant, Uhuru Kenyatta.

« Le système a échoué. Nous rejetons les résultats publiés jusqu’à présent », a déclaré M. Odinga, s’adressant à la presse très tard dans la nuit du mardi 8 août, qualifiant de « fictifs » les résultats provisoires de l’élection présidentielle le donnant nettement devancé par le chef de l’État sortant, Uhuru Kenyatta.

Près de 13 millions de votes ont été exprimés et comptabilisés mardi 8 août par la IEBC, la commission électorale kényane, sur 19,6 millions d’électeurs inscrits. Le président Kenyatta, au pouvoir depuis 2013, était crédité de 54,89% des voix contre 44,28% à M. Odinga, qu’il devançait de près de 1,3 million de voix.

La Nasa, la coalition de l’opposition, reproche à la commission électorale de ne pas lui communiquer les procès-verbaux susceptibles de corroborer les résultats transmis électroniquement et diffusés sur le site internet de la commission. M. Odinga a également accusé la commission électorale d’avoir interdit à ses agents de scanner les procès-verbaux dans certains bureaux de vote.

L’IEBC a indiqué qu’un des deux camps lui avait demandé de cesser la diffusion régulière des résultats partiels. Elle a refusé par souci de « transparence et de responsabilité envers les électeurs et le peuple kényan ». Mercredi, le secrétaire-général du parti au pouvoir, Jubilee, a rejeté les accusations de l’opposition. « Je ne m’attends pas à autre chose de la part de Nasa », a tenté de relativiser Raphael Tunju.

Pour Raila Odinga, une sensation de déjà vu

Vétéran de la politique kényane et candidat pour la quatrième fois à la présidentielle, Raila odinga avait crié à la fraude en 2007 à l’annonce de la réélection du président Mwai Kibaki. Le Kenya avait alors plongé dans deux mois de violences politico-ethniques et de répression policière, qui avaient fait au moins 1 100 morts et plus de 600 000 déplacés.

En 2013, M. Odinga avait dénoncé des fraudes après la victoire dès le premier tour de M. Kenyatta, en s’appuyant sur la faillite du système électronique. Il avait saisi la Cour suprême, qui avait tout de même validé les résultats.

Pour l’emporter dès le premier tour, un candidat doit obtenir la majorité absolue et plus de 25% des voix dans au moins 24 des 47 comtés du pays. Le taux de participation exact n’a pas encore été communiqué par l’IEBC. Six autres petits candidats étaient en lice dans cette élection et leurs voix ne pesaient pas plus d’1% au total, toujours selon les résultats partiels de la Commission électorale.

Vote dans le calme et aucun incident majeur

Les opérations de vote se sont toutefois déroulées dans le calme mardi. Dès les premières heures du jour s’étaient formées de longues files d’attente attestant d’une ferveur démocratique que les accusations de fraudes lors des précédentes élections n’avaient pas entamée.

Hormis une vingtaine de bureaux de vote rendus difficiles d’accès par d’importantes précipitations dans la région du Turkana, au nord-ouest du pays, ainsi que des retards à l’ouverture, le vote s’est passé sans encombre dans la plupart des 41 000 bureaux.

Surtout, malgré quelques problèmes localisés liés à l’identification biométrique des électeurs, le système électronique a semble-t-il fonctionné normalement, contrairement à ce qui s’était passé il y a quatre ans. L’opposition, qui n’avait pourtant pas ménagé ses critiques à l’encontre de l’IEBC lors de la campagne, s’était même dite dans un premier temps « largement impressionnée » par son travail.

Deux opposants de génération en génération

Les Kényans devaient aussi élire leurs députés, gouverneurs, sénateurs, élus locaux et représentantes des femmes à l’Assemblée. Mais c’est bien la présidentielle qui suscitait le plus de passions, opposant le fils du premier président du Kenya indépendant, Jomo Kenyatta, et le fils de Jaramogi Oginga Odinga, brièvement vice-président avant d’être écarté du pouvoir par le premier.

Les sondages, quelque peu discordants, avaient annoncé un duel serré. Les deux hommes s’étaient dits confiants en leur victoire, après avoir voté mardi. « Si je perds, j’accepterai la volonté du peuple », avait toutefois ajouté M. Kenyatta, invitant son adversaire à en faire autant. En amont du scrutin, qui a donné lieu audéploiement sans précédent de plus de 150 000 membres des forces de sécurité, de nombreux observateurs kényans et internationaux avaient exprimé des craintes de troubles à l’annonce des résultats de la présidentielle. Car dix ans après les pires violences électorales de l’histoire du pays, la campagne 2017 a été acrimonieuse, l’opposition n’ayant eu de cesse d’accuser le camp présidentiel de préparer des fraudes.


Auteur: Jeuneafrique - Webnews






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (1)


Anonyme il y a 2 semaines (10:35 AM) 0 FansN°: 1
CHEUY A QUAND LE CHANGEMENT EN AFRIQUE ON A TJRS EN 2017 DES GOUV AVEC DES REGIME BANANIER UNE FOIS QU ILS SONT INSTALLES IMPOSSIBLE DE LES FAIRE DEGAGER QUE PAR LA FORCE LES CHEF D ETATS AUSSI GADOU NAGNOU AK DES LE POUVOIR REND FOU VRAIMENT YEK REK BAGNA WATCHE YENI DOU KHEL LES AFRICAINS SONT FATIGUE ET AVEC CA ON VEUX SE DEVELOPPE JAMAIS DES ELECTION NE SE DEROULE DANS UN PAYS SANS QU IL AIT DE LA CONTESTATION PAR LA SUITE C EST GRAVE :jumpy2:  :jumpy2: 

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com